Auteur/autrice : Yves Trinidad

Photo de Nathalie Mangenot Témoignages

Témoignage : Nathalie Mangenot, un sacré bout de femme

Photo de Nathalie MangenotJe m’appelle Nathalie j’ai 45 ans, j’adore la natation, je fais un peu de fitness.
En 2009 je prends une licence de triathlon, pourtant je n’ai jamais fait de vélo de route et suis nulle en course à pied. Je cours très péniblement 3 ou 4 kms. La pratique des disciplines enchaînées va tout changer.
De fil en aiguille je fais quelques petites épreuves et le “déclic” en course à pied arrive: j’ai plaisir à courir, peu importe la vitesse et les chronos, mon but est de finir.
Il y a un an je décide de réaliser un rêve avant inaccessible: courir une distance marathon. J’en parle à Yves Trinidad, un de nos entraîneurs du club, qui trouve l’idée sympathique mais m’avertit que c’est beaucoup de travail, d’entraînement compte tenu de mon niveau et du mental à travailler. Mais je suis motivée et j’ai confiance en son jugement car je sais qu’il a déjà contribué au succès de triathlètes du club sur des distances Ironman.
Tout a commencé par un test VMA, prise des pulsations cardiaques au repos et après effort.
L’échéance est le Marathon de Sénart le 1er mai 2014. La préparation commence début janvier à raison de 3 entraînements course à pied par semaine. Au début je ne comprends pas bien les séances avec les fourchettes de pulsations à ne pas dépasser. C’est frustrant, je suis obligée de marcher pour respecter ces pulsations “basses”. Yves m’explique qu’il faut en passer par là pour que mon cœur batte moins vite sur des rythmes plus ou moins soutenus après.
Effectivement je vais le constater par la suite, les séances s’enchaînent et plus besoin de marcher ! Mon programme consiste en 3 semaines de travail intense et 1 semaine de travail de récupération. Je prends réellement plaisir à courir, 1 sortie longue, 1 sortie avec des fractionnés et 1 sortie avec des paliers soutenus. J’échange sur chaque séance avec Yves sur mes sensations, ressentis, difficultés rencontrées. Parfois il modifie le programme selon mes progressions positives ou non.
L’entraînement prévoit aussi des séances de natation et une sortie vélo si le temps le permet (saison hivernale).
Avec Yves le dialogue est facile et rapide, nous communiquons beaucoup par internet (Dropbox/mail). Il recadre le programme, est à l’écoute et ouvert à toutes remarques ou critiques. Mon mental est assez fort maintenant pour ne plus que j’aie à marcher dès que ça monte dans les tours. C’est un énorme progrès pour moi et cela grâce à la communication et aux multiples échanges sur ces expériences vécues.
En parallèle du programme d’entraînement, Yves m’a conseillé sur la gestion de l’alimentation et l’hydratation pendant les sorties longues. C’est aussi un aspect à ne pas ignorer et une “grosse fatigue – hypoglycémie” sur un semi marathon d’entraînement me l’a prouvé.
Séances après séances, le 1er mai est arrivé !  Pas de gros discours, un petit sms d’encouragements pour peaufiner le tout et me voilà partie.
A 10kms de l’arrivée j’entends la chanson de Pharrell Williams : “I’m so happy” je sais que je vais y arriver et je repense à ces 4 mois qui ont enfin une signification.
Sous la pluie je finis en 5h08, défi perso relevé !! Je n’ai jamais eu de difficultés pendant la course. J’ai pris un rythme régulier dès le début, pas de coup dur au 30ème ou 35ème kms. Je me suis alimentée en solide et liquide sur les ravitaillements comme me l’avait appris Yves.
Je suis fière de ma course et d’avoir osé ! Et je suis fière de mon coach, Yves, car il a osé croire en moi et m’a guidé pendant 4 mois.
Ça été du donnant/donnant qui a porté ses fruits !
“Merci pour ton soutien sans failles, ta patience, tes conseils, ton expérience et ta disponibilité.”
Le TOP c’est qu’il fait aussi le SAV pour les bobos d’après (ampoules et douleurs musculaires 🙂  )

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les foulées Monterelaises Actu WTS

Les foulées Monterelaises

Les foulées MonterelaisesAprès un déménagement, rien de tel pour de se dégourdir les jambes que de participer à une épreuve près de chez soi. Et quelle épreuve ! “Les foulées Monterelaises” propose un parcours réputé rapide, idéal pour battre un record. Même si ça ne sera pas l’objectif pour cette fois, nul doute que je prendrai plaisir à courir sur un nouveau terrain de jeu et découvrir cette nouvelle épreuve. Comme cette compétition est qualificative au championnat de France, ça va aller certainement très vite devant.

Et vous, sur quelle course serez-vous le weekend prochain ?

Photo de Stéphane Blondel sur le point de franchir la ligne d'arrivée de l'ironman Vichy Témoignages

Témoignage : Stéphane Blondel, une rencontre, une amitié, une…

Photo de Stéphane Blondel sur le point de franchir la ligne d'arrivée de l'ironman Vichy

Devenir Finisher sur une distance Ironman est le rêve de nombreux triathlètes. C’était le mien à l’approche de la quarantaine.
Je n’avais plus croisé mon coach WTS depuis presque 4 ans. Nous avions sympathisé sur les bords d’un bassin d’une piscine municipale. J’apprenais tant bien que mal à nager et lui, maître nageur, malgré sa charge de travail, n’hésitait jamais à venir me conseiller et à prendre son chronomètre pour me faire progresser. Il aime entraîner, c’est sa passion.
Le 10 juillet, je reprenais contact avec lui, j’avais envie de savoir comment allait celui qui m’a appris la nage en 2,3 puis 5 temps, celui qui m’a fait découvrir la nage « tarzan » ou encore les fameuses culbutes en bout de ligne d’eau !
Notre collaboration débuta précisément le 4 décembre, un accident de voiture repoussant de quelques mois notre projet de finir un Ironman ensemble. J’ai bien écrit « ensemble » car ne vous y trompez pas, le coach sera la 1ère personne à laquelle vous penserez en franchissant la ligne.
Comment mon coach a réussi à faire d’un sportif du dimanche, père de 3 enfants, professionnel acharné, un finisher ?
Parce qu’il est un coach personnel hors du commun. Expérimenté et consciencieux, il vous proposera des programmes d’entrainement sur mesure : progressivité, plaisir, récupération, relaxation, séances spécifiques, PPG, jeu,… rien ne sera laissé au hasard surtout dans les périodes plus difficiles où la fatigue, le mauvais temps et parfois les blessures rythment votre quotidien. Il sera présent à vos côtés, discret et efficace.
Il vous fera redécouvrir votre discipline et aimer pratiquer votre sport favori. Quelque soit votre niveau, vous progresserez, c’est certain. Vous changerez vos habitudes alimentaires, vous apprendrez à mieux vous connaitre,… mon métier m’avait tout donné, le triathlon m’a tout appris.
Quelques chiffres : finisher de l’Ironman de Vichy en 12h03’ (1h09 – 5h31 – 5h12) le 31 août, sans jamais avoir dépassé 14h30 d’entrainement par semaine. En 2 ans et 9 mois, c’est 690 km de natation, 17 000 km parcourus en vélo et 1600 km de running (une hernie discale suite à mon accident de voiture m’a souvent empêché de courir !).
Mon coach WTS a su m’accompagner durant ces 3 dernières années, vous pouvez lui faire confiance. Je crois pouvoir dire aujourd’hui que c’est la personne qui me connait le mieux sur cette période de ma vie.
Lorsqu’on rêve seul, ce n’est qu’un rêve. Lorsque nous rêvons ensemble, c’est le début de la réalité. Alors merci.

Photo de Stéphane Lippert à Embrun Témoignages

Témoignage : Stéphane Lippert, le déclic Ironman

Photo de Stéphane Lippert

Triathlète de la première heure en France (1987/1988), je rêvais en regardant les reportages d’Hawaï.

La distance IRONMAN a été pendant très longtemps un mythe inaccessible car je ne m’imaginais pas pouvoir participer à de telles compétitions.
J’ai pourtant cotoyé Fabrice PORAS, triathlète et MNS à la piscine d’Amilly (Loiret) qui a participé aux Ironmans de ZURICH, de LANZAROTE, d’HAWAI (2 fois) qui m’encourageait à aller vers cette discipline.
Le déclic à 44 ans passé.
J’ai commencé par contacter mon coach WTS qui m’a envoyé faire un test d’effort en clinique (au préalable un électro-cardiogramme), qui a servi de base à la planification dans les différentes fréquences cardiaques.
Ensuite, en fonction de ma vie de famille et de mes impératifs professionnels, il m’a établi des cycles de travail et des plans d’entraînements hebdomadaires.
Je recevais les informations en début de semaine et les restituaient en fin de semaine avec des annotations sur chacune des séances si nécessaire, mon état de forme, fatigue, sensations…
En fonction de tous ces paramètres, mon coach ajustait les séances la semaine suivante.

De part mon suivi personnalisé, je peux affirmer avoir progressé tant sur les trois disciplines, que globalement (diététique, repos, gestion des séances, position sur le vélo).

Tout naturellement l’objectif : Embrun 2011, puis 2013, Challenge VICHY 2014.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Témoignages

Témoignage : Franck Amazouz, pour le plaisir

Franck_AmazouzEnfiler une paire de running et courir pour s’évader, pour se défouler, seul ou avec des amis, voilà les premières raisons de mon attirance pour cette discipline.

J’ai attrapé le virus au collège avec les cross, par la suite j’étais plutôt un coureur irrégulier selon mon envie et mon besoin de décompresser.
À part quelques courses du type 10km sur route pour goûter à la compétition, le seul mot était courir pour le plaisir.
Plutôt séduit par les chemins et les sentiers, il y a deux ans, j’ai décidé de passer à l’étape supérieure et de faire mon premier trail court (30km).

Comment s’y préparer ? J’ai donc fait appel à WTS qui m’a confectionné un programme sur mesure.
Dans un premier temps j’ai eu plaisir à suivre le contenu de ce plan d’entrainement personnalisé, grâce à sa diversité et sa qualité, les moindres détails étaient pris en compte.
Au fur et à mesure de l’avancement du programme, j’ai pu observer une progression, je me sentais de mieux en mieux et ma motivation était au plus haut.

Résultat, j’ai terminé le trail « Les Gendarmes et les voleurs de temps » (32km en 2h55′)  avec beaucoup de satisfaction.
En suivant la planification des entraînements et les instructions WTS, j’ai pu atteindre mon objectif.
Un suivi détaillé de ma progression a permis à mon coach de déceler mes points forts et mes points faibles et ainsi d’affiner son programme d’entrainement.
Je ne pensais pas prendre autant de plaisir à suivre ce plan tout en me perfectionnant. Maintenant, je m’inscris sur des trails de 60Km toujours avec la même ambition, chose que je ne pensais pas réaliser il y a 2 ans. Tout cela grâce à l’expérience de mon coach WTS, qui a toujours de bons conseils à transmettre (alimentaires, vestimentaires, sommeil, matériels, gainage…), c’est vraiment une personne de confiance et consciencieuse dans sa méthode de coaching.

.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

.

WTS - The Coaching Company

GRATUIT
VOIR