Catégorie : témoignage sportif coaching

Ma préparation Ironman 2012: une sacrée gestion!

vitteaut-geraldineVoici quelques astuces et conseils pour la préparation d’une grosse épreuve (un triathlon ironman, par exemple), en étant femme, maman de 3 enfants avec travail, gestion d’une maison etc…
Lorsque j’ai pris la décision de me lancer ce défi en Juin 2011, j’en ai d’abord parlé à mon mari qui m’a dit:”si tu es motivée, et si c’est ton objectif, alors fais-le!”, puis à mes 3 enfants qui m’ont dit:”FEU”! Et là j’ai contacté Jean-Baptiste Wiroth le coach de mon mari et là il m’a dit :”ok! quelle est ta vie? ta famille? votre organisation? ton métier? tes obligations?…”
Lorsqu’on est une personne comme vous et moi, non compétiteur, c’est un sacré challenge!
Au début il y a en moyenne 10 à 12 h d’entrainements semaine, et à la fin on passe à 20-25h! Et là c’est toute la famille qui doit être compréhensive! Je leur ai souvent demandé de l’aide car la fatigue est omni présente, et l’impatience pour TOUT est monnaie courante: ils ont été au TOP!
Voici quelques humbles conseils dictés par l’expérience-terrain:
-1er conseil sera la communication, surtout ne pas se renfermer sur soi même!(ça je sais bien faire:)
-2ième conseil: respecter un plan à la lettre avec des périodes de repos, et ces périodes sont aussi importantes que l’entrainement.
-3ième conseil: le SOMMEIL à ne pas négliger
-4ième conseil: savoir déléguer et s’entourer de personnes compréhensives
-5ième conseil: faire de cette décision une priorité certes mais sans oublier les gens que l’on aime et qui nous aiment et nous supportent…
La suite dans quelques jours…

Pour aller plus loin
-> Si vous aussi souhaitez être entraîné(e) et suivi(e) par WTS, n’hésitez plus, contactez-nous!

-> Procurez-vous le Ebook TRIATHLON, rédigé par nos coachs experts : [cliquez ici].

Témoignage Claude Fickers (cycliste)

logo-fallica(3)

Comme le soleil arrive à la carrière du jour, la carrière de l’athlète arrive un jour ou l’autre à son faîte. L’ambition avouée à demi-mot quand on entreprend de se faire coacher est double : espérer reculer d’une part les limites de ses capacités mais, et c’est encore plus important à mon âge, de maintenir la course du soleil le plus haut possible à son zénith d’autre part.

Cela fait maintenant un peu plus six mois que nous travaillons ensemble et les progrès sont sensibles ET mesurables.

Arrivé à l’automne dernier avec le sentiment frustrant d’être arrivé à mon maximum possible sans avoir développé mes capacités maximales fut une frustration qui déclencha une réaction :  celle de faire appel à un spécialiste qui m’aiderait à faire le bilan de mes performances, d’objectiver les limites , définir les buts de l’année à venir puis établir un plan et , enfin, suivre pas à pas son exécution.

Les premiers mois furent ardus, rendus parfois difficiles par la fréquence de mes voyages et l’adaptation de mon mode d’entrainement. Là où le feeling faisait office de règle d’or par le passé, se mettait en place une stratégie destine à travailler les points faibles (le manque de muscle et de capacité à “monter dans les tours”) et à accentuer les points forts (endurance, résistance). Le mauvais temps et les contraintes professionnelles me conduisent à user les pneus de mes vélos sur les rouleaux plutôt que sur le bitume et à suer dans le cadre peu reluisant de mon garage plutôt que sur routes de Belgique.

Les premiers résultats furent probants quoique peu spectaculaire, ma première course chronométrée et donc premier objectif de la saison en Afrique du sud fut un échec à cause de facteurs exogènes toutefois. A la déception du Cape Argus suivit le dépit, bientôt relayé par la volonté de me battre. Ta sagesse et ton calme furent très utiles durant cette période. Bien que froid et pluvieux, le printemps arriva et les sorties en plein air devinrent plus faciles, ce qui permit de me rendre compte à quel point j’étais devenu un meilleur athlète : plus réactif, plus patient, plus attentif aux signaux de mon corps.

Me voici donc après avoir résigné pour une nouvelle période avec de nouveaux objectifs, une routine meilleure dans mon approche de l’entrainement, une plus grande vigilance au niveau de mes habitudes alimentaires, une meilleure sensation de ce que je peux faire endure à mon corps et les limites du tolérable.

Le Gran Fondo Eddy  Merckx parcouru la semaine dernière m’a démontré à quel point un entrainement ciblé est plus efficace que les longues sorties, que les périodes de récupération sont aussi capitales que le temps de travail, que mon corps a ses limites mais qu’une préparation bien suivie aide à les faire reculer.

Je souhaite poursuivre dans cette voie car au-delà du plaisir et du défi de la compétition, il y a le sentiment prédominant que par une meilleure connaissance de mon corps, c’est moi dans ma globalité (corps et âme) que j’apprends à connaître mieux.

Merci pour tout cela coach !

Amitiés

Témoignage d’un sportif heureux

Ca fait toujours plaisir de recevoir un témoignage positif tel que celui écrit par Pascal, un de nos sportifs.

Et comme je dis : sportif heureux = coach heureux

 

photoJean-Baptiste,

Merci de tes bons conseils et tes programmes qui m’ont permis de considérablement progresser depuis que nous avons commencé notre collaboration il y a 18 mois maintenant.

Depuis le début 2012 j’ai vu mon corps se transformer, s’athlétiser d’une manière que je pensais impossible à plus de 50 ans.

Grace à tes conseils, aux entrainements programmés, aux conseils de la diététicienne de WTS et bien sûr à l’excellente relation de confiance qui s’est installé entre nous, j’ai pu réaliser mon objectif: devenir un bon cycliste amateur et participer avec de bonnes performances aux cyclosportives auxquelles j’avais décidé de m’engager…

Lors de l’étape du Tour ANNECY – SEMNOZ j’ai pu mesurer les progrès accomplis (je n’aurais jamais pu faire cette étape il y a deux ans !) mais aussi ce que je peux espérer améliorer avec ton concours.

Merci pour tout ça et à bientôt pour de nouvelles aventures en commun !

Pascal BILLO

Aussi à l’aise sur 5km que sur marathon !

14512119Xavier bonjour ta dernière course montre encore une progression, en tout sur la distance depuis que l on bosse ensemble tu estimes ton gain à combien ?

 

«Plus qu’un gain de temps j’ai d’abord battu mes propres records personnels, ces derniers remontent tous entre trois et cinq ans. J’ai réussi ces performances sans être au bout de mes forces et dans de bien meilleures conditions qu’auparavant , les classements au général sont également bien meilleurs et se maintiennent au fil des épreuves quelle que soit la distance ce qui confirme que cela est du à l’entrainement de fond . Lors de ma dernière épreuve sur 5 km, courue en 19 ‘  j’ai gagné 3 ‘, plus de 100 places et suis arrivé 4 ème de ma catégorie ce qui est une première pour moi ! Sur 10 Km je suis passé sous les 42 ‘ alors que mes temps précédents étaient autour de 45 ‘ . Enfin au  semi-marathon de Paris j’ai retrouvé en 1h35 mon record vieux de 4 ans, couru à l’époque à Cavaillon sur un parcours nettement plus plat. «

 

Principalement comment expliques-tu tes progrès ?

 

« Nous avons revu tous les deux, l’ensemble de ma position de course, la foulée, la façon de respirer. J’ai également appris à ne pas me surentrainer et me fatiguer inutilement et donc à écouter mon corps. Les exercices de gainage sont également essentiels pour la progression et le maintien d’une bonne position de course. Nous avons également travaillé sur la nutrition ce qui m’a également aidé dans ma progression. »

 

Qu’a apporté  WTS à des coureurs comme toi ?

 

« Un suivi personnalisé, un programme vraiment adapté au coureur, à sa morphologie, ses aptitudes naturelles. Tout cela est complété par une approche également psychologique qui est essentielle pour mettre en confiance le coureur. J’ai également découvert qu’à 49 ans date de notre première prise de contact j’avais encore du potentiel, alors que j’étais dans une grande phase de doute après un marathon couru dans la souffrance. J’étais prêt à abandonner ce type de compétition, notre collaboration m’a remis sur les rails.   «

 

Ce qui te marque le plus dans nôtre relation ?

 

« Le contact est passé tout de suite, tu as bien cerné à la fois ma personnalité et bien évalué mon potentiel physiologique, nous avons fait de nombreuses séances très variées qui m’ont chaque fois fait découvrir de nouveaux aspects du sport que je ne connaissais pas.

Je t’ai fait confiance très rapidement et cela est essentiel pour arriver à progresser correctement.

Aujourd’hui la  relation de coach à élève des débuts  s’est, transformée en relation amicale . »

 

En effet ,on essaye de faire découvrir aux gens comment fonctionne leur corps avec des tests , des métaphore et des exercices divers leur permettant de vivre des situations  .On parle même de voyage intérieur ,que peux tu nous dire te concernant ?

 

« J’ai repris confiance en moi et découvert des capacités de résistance insoupçonnée, cela m’a servi dans le sport mais également au quotidien. Le dépassement de soi sert en toute circonstance ! «

 

Merci Xavier  pour tes progrès, ton implication et d’avoir répondu à ces questions pour lever un peu plus le voile sur le  coaching de la performance de chez WTS !

 

WTS l’expertise et la proximité au service de la performance !

 

Propos recueillis auprès de Xavier Mekhloufi sur Marseille .

 

 

Témoignage Marc Arnal, 9e à l’Ultra French Festival

festival-ultraULTRA FRENCH FESTIVAL 2013

6 JOURS DU LUC EN PROVENCE

Une nouvelle page de ma carrière d’amateur de course à pied vient de voir le jour à l’occasion des 6 jours du Luc entre le 7 et le 13 mai.

J’ai pu côtoyer les meilleurs de la discipline et cette aventure m’a encore une fois beaucoup appris sur ma passion : l’Ultra fond…

Aujourd’hui, trois jours après l’arrivée ce qui prédomine est une fatigue générale qui est due à l’effort bien sûr, mais également au relâchement de tout ce qui s’est passé depuis début décembre dernier et le début de la préparation.

La compétition est l’aboutissement de tout ce qui prépare et sans une bonne préparation les résultats sont souvent décevant…

Martine DELRIEU m’a une nouvelle fois beaucoup aidé dans ce projet irraisonnable que de courir pendant six jours sur un circuit de 2.077,07m. La préparation se composait de 5 à 7 sorties par semaine en couplant régulièrement course et vélo de route.

Après une préparation générale progressive sur deux mois,  j’ai commencé une préparation spécifique longue de treize semaines au cours de laquelle j’ai été épargné par les blessures et où j’ai pris beaucoup de plaisir. La sortie la plus longue fût de 5h30, et les semaines ont varié entre 8h et 15h, l’air de rien,  çà prend du temps…

Martine, toujours là pour surveiller les hauts et les bas, m’a permis d’avancer sereinement avec confiance en moi pour arriver au top le jour J.

La course en elle-même s’est décomposée ainsi par tranche de 24 heures :

+ J1 : 165km

+ J2 : 100km

+J3 : 97km

+ J4 : 90km

+ J5 :100km

+J6 : 108km

Pour un total de 658,435km et une 9ème place.

Certaines personnes m’ont demandé si j’étais déçu de ce résultat…  ? Cette question m’a surpris, peut-être que les gens ne me voient pas comme je suis ? je ne comprends pas comment j’aurais pu être déçu par cette performance qui est, pour moi, « très belle » et au-delà de toutes mes espérances.  Dois-je rappeler que j’ai côtoyé pendant ses six jours les meilleurs de la discipline ?  et que j’ai tenu tête à certains en parcourant près de 110km/jour en moyenne ? Non,  je ne suis pas déçu ! bien au contraire.  Je suis très fier de finir dans le top 10 des meilleurs mondiaux de la discipline,  en ayant supporté la pression qui incombe au régional de l’étape et celle des autres concurrents.

Sans expérience, j’ai géré la course au feeling et,  comme tous, j’ai eu des hauts et des bas…   je suis très fier d’avoir réussi à courir tous les jours de façon régulière.  Beaucoup ont couru les trois/quatre premiers jours avant d’adopter la marche rapide. Personnellement, lorsque je n’avançais plus,  je m’arrêtais et je repartais en « trottinant » sur 2km,  puis ravitaillement et marche sur 150 à 200m avant de reprendre le cycle.  La méthode régulière a été bénéfique j’en suis certain car j’ai couru jusqu’au bout. Sans cela, j’aurais terminé trois ou quatre places derrière,  c’est certain.

Pour l’anecdote, je termine premier des novices et premier des coureurs qui participaient pour la première fois.  Encore une raison d’être satisfait de la performance…!

Cette aventure est une belle réussite que je ne recommencerai pas (même s’il ne faut jamais dire  ” Jamais”).  J’en ai pris conscience lors du quatrième jour lors d’un passage à vide au cours duquel j’avais des hallucinations.   Un tilt s’est produit dans ma tête et j’ai bien réalisé que je ne courais pas pour cela  :  « Mon » plaisir de courir n’est pas là, il est plus dans la découverte de paysages fantastiques et de belles rencontres humaine où animale… !

Aujourd’hui, cette course m’a permis de savoir que j’étais capable de courir plus de cent kilomètres par jour pendant six jours, j’en prends acte, en suis fier  et heureux,  mais cela s’arrête là.   Je ne cours pas pour cela, j’aime tracer mes parcours, aller chercher la difficulté,    dans l’inconnu aussi,   à travers des chemins ou des routes insolites  qui m’apportent plus .

Franchir un sommet, comme le “Mont Ventoux”, le “Mont Lozère”, le “Mont Aigoual”,  dans des conditions parfois extrêmes,   oui cela me plait ! cela m’attire même,  mais refaire un 6 jours sur un circuit afin d’améliorer ma performance, ……… je ne le  crois pas…

Je tiens tout particulièrement à remercier  les personnes qui par leur présence physique, ou par leur message d’encouragement m’ont aidé à avancer et à terminer cette nouvelle aventure.

Que la vie vous soit douce et que la santé vous accompagne

Sportivement et Amicalement,

Marc Arnal

WTS - The Coaching Company

GRATUIT
VOIR