Alimentation Biologique et Sport

Alimentation Biologique et Sport

Avec le réchauffement climatique et l’augmentation de la population mondiale, nous sommes en train de prendre conscience que la vie sur terre risque d’être compliquée dans le futur. Pour faire en sorte que ce soit le moins compliqué possible, il est impératif que chacun d’entre nous adopte une attitude respectueuse de l’environnement… et pas seulement lors des sorties route du dimanche.
logo-agriculture-biologique

L’agriculture biologique est une agriculture produite sans substances chimiques artificielles avec des méthodes de production respectueuses de la nature. C’est donc une agriculture « sans dopage » pour faire un parallèle avec le sport. L’acte de manger est un acte pluriquotidien qui a un impact considérable sur le fonctionnement de notre organisme, tout comme sur notre environnement. Outre le bienfait que cela peut apporter à notre organisme, le fait d’adopter au moins partiellement les produits biologiques constitue donc un acte militant, témoignant d’une forme de responsabilité vis- à-vis de la Terre.

yaourts-biologiques

Avantages des produits biologiques

Les besoins nutritionnels varient selon l’âge, la morphologie, et surtout le volume d’entraînement. Qu’elle soit biologique ou non, l’alimentation doit donc couvrir les besoins en énergie et en nutriments pour assurer un fonctionnement optimal de l’organisme. Cependant, les produits biologiques présentent un certain nombre d’avantages nutritionnels comparativement aux produits non-biologiques :

– Les fruits et légumes bios présentent des teneurs en vitamines et minéraux plus importantes, notamment au niveau de la peau qui est potentiellement consommable.

– Les céréales bios sont plus riches en fibres et en minéraux. Avec des céréales biologiques, il n’y a plus de craintes à avoir lorsque l’on mange des produits complets.

– Les produits animaux bios (viandes, laitages) sont issus de bêtes nourries exclusivement avec des aliments naturels dans un environnement naturel. Les viandes sont moins grasses, les laitages sont plus riches en acides gras essentiels…

Les huiles bios présentent des teneurs en acides gras essentiels supérieurs sans acides gras trans- ou hydrogénées. Au rang des inconvénients, il convient de noter que les produits bios sont a priori plus chers que leurs équivalents non-biologiques… cela reste à démontrer. Bien que les témoignages à ce sujet soient discordants, il faut peut-être considérer cet éventuel surcoût comme un investissement santé permettant de pré- venir un certain nombre de problèmes potentiels.

equilibre-alimentation-biologique

Inconvénients des produits non-biologiques

Le principal inconvénient des produits non-biologiques tient au fait que nous ingérons un certain nombre molécules inutiles voire nocives pour notre organisme. Le problème est que ces molécules sont invisibles et inodores, il est donc difficile de juger de leur présence. Cependant, la forte élévation des problèmes d’allergie, et même de certaines pathologies beaucoup plus graves, est probablement liée en partie à cette modification du contenu de notre assiette. En effet, les herbicides, les pesticides, et autres engrais chimiques utilisés pour accroître le rendement de l’industrie agro-alimentaire, se retrouvent à un moment ou à un autre dans notre assiette puis dans notre organisme.

Le second inconvénient tient au fait que les produits non biologiques présen- tent très probablement des teneurs en vitamines et minéraux affaiblies comparativement aux produits biologiques qui se seront développés à une vitesse plus lente, plus respectueuse du rythme de la nature.

Pour terminer, l’éthique relative à la production non-biologique n’est pas irré- prochable, la recherche du profit maximal étant le principal leitmotiv (élevage intensif sans respect pour les bêtes, production hors-sol des plantes…).

legumes-biologiques

Conclusion

Il est important de noter que tous nos actes de consommation ont un impact plus ou moins négatif sur l’environnement. En effet, outre les procédés de fabrication, le transport du produit, la valorisation commerciale, les déplacements des acheteurs… ont un impact sur l’environnement. La nature de nos achats peut donc avoir une forte influence sur les orientations prises en matière de production agro-alimentaire. Bien que nos propos soient teintés d’une forme d’idéalisme, il faut garder en mé- moire que l’alimentation biologique est bonne pour l’homme, tout comme elle est bonne pour la terre.

5 habitudes « bio » à adopter

– Ne pas hésiter à recourir aux produits pour le sport label AB. Certains fabricants sont précurseurs en la matière, il faut les encourager dans leur démarche.

– Privilégier les aliments sans emballage ou avec des emballages « simples » (sac en papier), d’une part parce que cela contribue à limiter les déchets à traiter, mais aussi parce que les emballages plastiques diffusent certaines substances inutiles voire nocives à l’aliment.

– Privilégier les aliments produits dans votre secteur et limiter l’achat d’aliment prévenant de contrées lointaines, là encore pour limiter l’impact négatif en terme de production de CO2

– Dans la mesure du possible, essayez de produire vous-même une partie de vos fruits et légumes. Quoi de plus agréable que de cueillir une pomme ou une orange et de la manger !

– Se déplacer à pied ou à vélo autant que possible, pour améliorer votre condition physique et limiter votre production de CO2.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WTS - The Coaching Company

GRATUIT
VOIR