Étiquette : coach vélo

Actu WTS

Jean-Pierre CAMM | Coach du réseau WTS | Marseille…

reseau-wts-jp-camm Jean-Pierre CAMM
Coach Sportif
Running
Marseille.
Né le 11/08/1966, à Marseille (13)
Marié, 2 enfantsContact : cliquer ici


Bonjour, Ancien directeur commercial des laboratoires GSK, je me suis réorienté dans le coaching sportif et la course à pied (running), il y a maintenant quelques années.
Expert en course à pied (running), trail running et triathlon, je saurai vous accompagner pour atteindre vos objectifs : de la remise en forme, à la préparation sportive la plus pointue (marathon, triathlon, ironman).
N’hésitez pas à me contacter !

Jean-Pierre Camm
Coach Sportif Marseille

 

 

 

 

DIPLÔMES

  • BE Educateur Sportif tronc commun (mars 2010, spécifique athlétisme)
  • BNSSA (juin 2012)
  • Formation en techniques de communication PNL
  • Master coach chez Ici Coaching (juillet 2010)
  • D.U. de préparation à la profession de délégué médical (faculté St Jérome, Marseille, 1989)
  • Licence de Biochimie (faculté de Luminy,  Marseille, 1988)

EXPÉRIENCES PROFESSIONNELLES

  • Directeur régional d’une équipe de 12 personnes (laboratoire GSK, 2009-2010)
  • Délégué hospitalier (domaine Anesthésie Thrombose, Laboratoire GSK, 1998-2008)
  • Formateur interne et coach de délégués (Laboratoire GSK, 2004-2008)

ACTIVITÉS D’ENTRAÎNEMENT ET DE CONSEIL

  • Entraîneur de course sur route et trail (SMUC Marseille, 2006 à nos jours)
  • Entraîneur au sein du club des Sardines Triathlon 2013-2014
  • Coaching de l’équipe GSK au marathon des sables 2007
  • Coach Sportif Marseille

ACTIVITÉS SPORTIVES

  • Course à pied depuis 1984
    – Record sur 10 km :35’ 04’’
    – Meilleure performance semi marathon :1h 18’20’’ (2010)
    – Meilleure chrono sur marathon : 2h53’04 (2013)
    – 2 marathons des sables (1999 et 2007)
  • Triathlon
    – 3 triathlons effectués, 1 half, 2 formats 5150. Meilleurs perf 2h31’32 en 2014
  • Ski alpin
    – Flèche de Vermeil, 2007

CENTRES D’INTÉRÊTS

Nature, ski alpin, ski nautique (monoski), vélo couché, sports mécaniques, bricolage, éducation.

.

.

Actu WTS

Cyrille FALLICA | Coach sportif triathlon WTS | Franche-Comté…

Cyrille FALLICA
Coach Sportif
Né le 06/05/1980, à Besançon (25)

Marié, 2 enfants 
Contact : cliquer ici

Bonjour,
Je suis sportif mais également préparateur physique dans les sports d’endurance tels que la course à pied, le triathlon mais également dans les sports où l’explosivité est l’atout principal. Des notions comme la force, la vitesse, la puissance maximale aérobie et l’endurance seront incontournables pour établir une préparation physique utile et intelligente. Je vous propose donc mes services afin d’optimiser vos entrainements et obtenir le meilleur résultat selon vos capacités, vos objectifs et votre disponibilité. Mon atout est de mettre l’accent sur la qualité et non sur la quantité. Je mets à votre disposition toutes mes connaissances et mon expérience afin que vous puissiez réaliser votre exploit sportif personnel.

 

 

 

.

 

FORMATION UNIVERSITAIRE

2003-2004
– Licence STAPS “Éducation & Motricité”  (UFR Besançon)

2001-2002
– Deug STAPS (UFR Besançon)

1998-1999
– Baccalauréat scientifique (spécialité physique-chimie)


DIPLÔMES SPORTIFS

2019
Diplôme en nutrition et micro-nutrition (formation Anthony Berthou, “la nutrition positive”)

2012
B.F. 5 de Triathlon

2007-2008
– D.U. Préparateur Physique (Dijon)

2007
– B.E. 1, Handball

1997-1998
– BAFA, Snowboard

EXPÉRIENCES PROFESSIONNELLES
2013-2014
– Préparateur physique de l’équipe féminine de hand-ball de Palente (N1)

2010-2011
– Préparateur physique de l’équipe féminine de hand-ball de Palente (N1)

2006-2010
– Préparateur Physique Équipes féminines Handball (N2 & D2)

2009-2010
– Préparateur Physique Tennis Club (Vesoul)

2006-2010
– Professeur d’EPS (Villersexel, Vesoul, Luxeuil)

1999

– Animateur BAFA, sports d’hiver

ACTIVITÉS SPORTIVES

– Handball (vice-champion de France N2, et évolution en  N1)

– Course à pied

– Cyclisme

– Natation

– Triathlon

ETAT D’ESPRIT
+ Sportif
+ Enthousiaste
+ Dynamique
+ Aime accompagner les personnes dans l’atteinte de leur objectif
+ Privilégie l’aspect qualitatif plutôt que quantitatif du travail
+ Tiens compte des capacités de chacun et des attentes personnelles
+ Met l’accent sur l’aspect relationnel et la communication,
+ Prend en compte le ressenti et le bien être des personnes.
.

.

Entrainement (physio, conseils, coaching..)

Haute Route : Le challenge de la triple couronne…

Haute Route : Le challenge de la triple couronne !

La Haute Route est considérée comme la plus difficile de cyclosportive par étape au monde. À l’issue des 7 étapes, vous aurez parcouru plus de 800 km et cumulé plus de 20 000 mètres de dénivelé. Il existe trois Haute Route : La Haute Route Pyrénées, la Haute Route Alpes et la Haute Route des Dolomites.

Depuis plusieurs année, j’ai le plaisir d’aider de nombreux athlètes à se préparer en vue de la Haute Route ou encore de coacher des équipes pendant la course.
En 2015, je me suis ainsi occupé des 22 coureurs du team mexicains des Guadalupanos sur la Haute Route Dolomites.  

Haute Route : le team Guadalupanos (Mexico)

 

En 2016, j’ai eu le plaisir d’observer la performance de Nicolas Raybaud, qui s’est courageusement lancé sur le Challenge de la triple couronne (les 3 Haute Route enchaînées). Nicolas m’a récemment sollicité pour analyser les datas enregistrées au cours de ces 3 semaines de course.
Voici mes observations.

Haute Route 2016 : Nicolas Raybaud avec JB Wiroth et Sylvain Perreal au sommet du Stelvio

 

 

1 – La vitesse ascensionnelle

Le premier graphique montre la réalité de l’effort avec l’évolution de la Vitesse Ascentionnelle moyenne (VA moy) et maximale (VA Max).
La VA est un reflet direct du rapport puissance/poids que l’on pourrait mesurer avec un capteur de puissance SRM ou Powertap.

Haute Route : Evolution de la vitesse ascensionnelle

On observe que la VA moyenne a diminué d’une Haute Route à l’autre. 

  • Pyrénées, Nicolas a monté les cols à 1150m/h en moyenne. 
  • Alpes, Nicolas a monté les cols à 1133m/h en moyenne.
  • Dolomites, Nicolas a monté les cols à 1077m/h en moyenne .

 Cette décroissance peut s’expliquer par diverses facteurs :

  • L’installation progressive de la fatigue musculaire et métabolique
  • L’épuisement progressif des réserves de glycogène (le supercarburant musculaire qui permet de monter vite)
  • Des cols globalement plus longs dans les Alpes et les Dolomites

Ce même graphique montre que Nicolas a battu son record de VA Moyenne sur la HR Dolomites. Il a atteint un record à 1339m/h lors du la montée du Col de Cou lors de la première étape de la HR Dolomites. Ce record s’explique probablement par des circonstances de course particulières : 

  • Un peloton très frais et très motivé.
  • L’étape suivait un jour de repos et une recupération active.

 

2 – La dérive cardiaque 

Le second graphique met en évidence que la réponse cardiaque diminue inéluctablement au cours du temps. La FC max passe de 189bpm sur la première étape de la HR Pyrénées à 163bpm lors de l’ascension du passo Giau dernier grand col de la HR Dolomites.

graphique dérive cardiaque pendant les cyclosportive haute route
Haute Route : Evolution de la fréquence cardiaque

Cette diminution traduit principalement l’installation progressive de la fatigue. Il y a une incapacité à « monter dans les tours ». Ce phénomène vise à protéger l’organisme, en particulier le système cardio-vasculaire . C’est l’illustration de la théorie de la fatigue et du « central governor » chère à Tim Noakes, célèbre physiologiste sud-africain.

La FC moyenne diminue de manière très comparable à la FC max. 

  • Un record à 183bpm de moyenne lors des 31min de grimpée du col d’Ahusky (1ère étape de la HRPyrénées).
  • Le minimum à 136 bpm dans le passo Bernina (3ème étape HR Dolomites).
nicolas raybaud specialized dans l'ascension du passo di giau
Haute Route : Nicolas Raynaud en action dans le passo Gavia !

 

3 – Une amélioration progressive de l’efficience.

Le croisement des données de VA moyenne avec les données de FC moyenne permet d’obtenir un indice d’efficience. Il est exprimé en mètre de dénivelé par battement cardiaque. Cet indice a tendance à légèrement s’améliorer au cours du temps. Nicolas dégage ses 2 meilleurs valeurs au début de la HR Dolomites. Cela traduit un très probable effet d’entraînement.

graphique indice d’efficience exprimé en mètre de dénivelé par battement cardiaque.

En croisant les données enregistrées (VMA, FC) avec le ressenti de Nicolas, il est possible de tirer un certain nombre d’enseignement de cette expérience unique.

  1. La décroissance cardiaque en particulier en terme de FCmax traduit l’épuisement progressif des ressources de Nicolas. En effet, pour « faire monter le cœur », les glandes surrénales doivent produire suffisamment d’adrénaline et le système nerveux sympathique doit rester « tonique ». Il ne faut donc pas s’inquiéter si les « pulses » ne monte plus … par contre attention à ne pas se focaliser sur des zones cardiaques établies en amont de la Haute Route : après quelques jours d’effort, ces zones deviennent caduques ! Il vaut mieux alors se baser sur ses sensations, ses watts ou sa vitesse ascensionnelle.
  2. De manière concomitante à la FC, la VAM a décru de manière progressive traduisant une diminution de la puissance en côte. Cependant, Nicolas a su compenser la baisse relative de ses performances par une meilleure efficience cardiaque : pour un même nombre de battements cardiaque, Nicolas gravi plus de dénivelle positif. Ce phénomène traduit l’apparition d’adaptations physiologiques notamment sur le plan cardiovasculaire. Adaptations qui deviennent très significatives après quelques jours de récupération : la surcompensation post-Haute Route est spectaculaire selon Nicolas. [Lire le dossier sur la Surcompensation]

 

Conclusion

Participer à une Haute Route ne s’improvise pas mais c’est un challenge qui est accessible à tous les sportifs entraînés. En effet, réussir à terminer la course repose pour 50% sur un bonne préparation et pour 50% sur une bonne gestion de sa course (effort, logistique, récupération, sommeil…).  

Enchainer les 3 Hautes Routes est un challenge incroyable que bien des coureurs professionnels auraient du mal à relever. Nicolas a su le relever avec brio. Au vu de sa victoire au classement général de la Triple Couronne, il est clair que Nicolas a su non seulement gérer ses ressources de manière optimale, mais aussi repousser ses limites physiques et mentales.
C’est remarquable quand on sait que Nicolas travaille comme la plupart d’entres-nous et qu’il a accompli cette performance sur ses congés annuels ! 


Auteur
Jean-Baptiste Wiroth – PhD

Fondateur de WTS – The Coaching Company
Article réalisé avec l’aide de Nicolas Raybaud et des coachs du réseau WTS (Sylvain Perreal, Fred Sultana) 
 


Pour aller plus loin :
– Téléchargez le Ebook Gratuit « 10 erreurs à éviter pour atteindre son pic du forme »
– Procurez-vous le Ebook Cyclisme [cliquez ici]

– Prendre contact avec WTS pour préparer vos prochains objectifs ! 

 

 

WTS - The Coaching Company

GRATUIT
VOIR